Merci de patienter!
    en attente   
Le Héraut Du Royaume De Jéhovah
Le Héraut Du Royaume De Jéhovah
Que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Ceci est le site officiel de
L'association International Les Témoins de Jéhovah

La thème du mois Février

QUI EST JÉHOVAH ?

 

 
     « Qui est Jéhovah? » C'est une vieille question posée au seizième siècle avant J.-C. sur un ton provocateur et d'un air dédaigneux par l'orgueilleux pharaon d'Egypte qui ajouta: « pour que j'obéisse à sa voix, en laissant aller Israël? Je ne connais pas Jéhovah, et je ne laisserai pas aller Israël. » Ce défi amena le Tout-Puissant à adresser à Moïse la consolation suivante: « Pharaon ne vous écoutera pas, et je mettrai ma main sur l'Egypte, et je ferai sortir du pays d'Egypte mes armées, mon peuple, les enfants d'Israël, par de grands jugements. Les Egyptiens connaîtront que je suis Jéhovah, lorsque j'étendrai ma main sur l'Egypte et que je ferai sortir du milieu d'eux les enfants d'Israël. » (Exode 5: 2; 7: 4, 5, Crampon)

     Dans la Bible, l'ancienne Egypte préfigura le monde actuel. Cette sentence divine prononcée contre l'Egypte est une prophétie informant le monde qu'il saura bientôt que le seul vrai Dieu vivant est celui qui s'appelle Jéhovah. Mais cette connaissance lui sera administrée d'une façon qui ne lui fera aucun plaisir. Il est donc de notre plus grand intérêt d'apprendre qui il est afin que nous puissions agir pour notre bien.

     Lorsque Moïse parut devant Pharaon pour lui communiquer l'ordre divin, il révéla le nom de celui qui l'envoyait. Il ne dit pas: « Le Seigneur a dit ceci ou cela », car pour Pharaon et les Egyptiens, leurs faux dieux étaient des seigneurs qu'ils adoraient. Lorsqu'il expliqua aux Israélites le but de son retour en Egypte, Moïse nomma celui qui le renvoyait vers eux. Voici ce qui est écrit à ce sujet: « Dieu dit à Moïse: « Je suis celui qui suis [littéralement: JE SUIS CELUI QUI JE SUIS]. » Et il ajouta: « C'est ainsi que tu répondras aux enfants d'Israël : Celui qui est [littéralement: JE-SUIS; hébreu: Ehyeh] m'envoie vers vous. » Dieu dit encore à Moïse: « Tu parleras ainsi aux enfants d'Israël: Jéhovah, le Dieu de vos pères, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob, m'envoie vers vous. C'est là mon nom pour l'éternité; c'est là mon souvenir de génération en génération. » (Exode 3: 14,15, Crampon)

     Quand nous lisons la Parole de Dieu, nous y trouvons son nom, de sorte que nous ne pouvons l'ignorer. Cela ne sert à rien de dire que Jéhovah n'est pas l'exacte prononciation de ce nom. Les Ecritures furent rédigées presque toutes en hébreu, avant notre ère, sauf quelques parties en syriaque. Les quatre consonnes employées pour écrire le nom de Dieu sont Jod, Hé, Vaw, Hé (ou YHWH). Ce nom ainsi écrit se rencontre 6823 fois dans les Ecritures hébraïques, qui furent traduites en grec pour la première fois entre 285 et 247 avant notre ère, mais quelque temps auparavant les Juifs avaient cessé de le prononcer par crainte superstitieuse de le prendre en vain. Quand, en lisant les Ecritures, ils arrivaient à Jéhovah, ils remplaçaient ce nom par Adonaï (le Seigneur) ou Elohim (Dieu). En rédigeant la première version grecque connue sous le nom de Septante (LXX), les traducteurs se conformèrent à la coutume et remplacèrent le nom de Dieu par les substitutions précitées.

     Les rédacteurs des Ecritures chrétiennes grecques employèrent la Septante. Cette version omettait le vrai nom du Dieu tout-puissant, ce qui explique en partie pourquoi le nom de Jéhovah n'apparaît pas dans les Ecritures grecques. Eusèbe Hiéronymus, rédacteur dè la Vulgate (version latine), fit de même, et dans l'Exode (6: 3), il employa Adonaï au lieu de Jéhovah. Tout ceci explique pourquoi « Jéhovah » ne se trouve pas dans les versions catholiques faites sur la Vulgate. Dans la Version du roi Jacques, nous trouvons le nom de Jéhovah dans les livres suivants: Exode 6: 3; Psaume 83: 18; Esale 12: 2 et 26: 4. Dans la traduction de Rotherham, Dieu est appelé 6823 fois « Iahvé », tandis que la Version Standard Américaine dit « Jéhovah ». Même si aucune des expressions précédentes n'est exactement celle dont Dieu se servit pour révéler son nom à Moïse, elles nous aident quand même à identifier qui est ainsi désigné.

     La version catholique de Saci dit au Psaume 109: 1, 2: « Le Seigneur a dit à mon Seigneur: Asseyez-vous à ma droite; jusqu'à ce que je réduise vos ennemis à vous servir de marchepied. Le Seigneur fera sortir de Sion le sceptre de votre puissance; régnez au milieu de vos ennemis. » Mais la version catholique de Crampon de 1905 dit (Psaume 110: 1, 2) : « Oracle de Jéhovah à mon Seigneur: « Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis l'escabeau de tes pieds. » Jéhovah étendra de Sion le sceptre de ta puissance: domine au milieu de tes ennemis. » Cette dernière traduction, en mettant en relief le nom de Dieu comme il convient, supprime toute ambiguïté et montre que celui que David appelle « mon Seigneur » est le Messie dont Jéhovah fait un roi-prêtre selon l'ordre de Melchisédek. Lorsque la version du roi Jacques traduit le nom de Dieu par « Seigneur » ou « Dieu », elle les écrit toujours en majuscules (« SEIGNEUR », « DIEU ») , pour les distinguer des noms communs « seigneur » et « dieu ». — Voir au Psaume 110: 1.

QUI EST-IL?

     En analysant les versets de la Bible hébraïque où se trouve le nom de Dieu, nous pouvons répondre à la question: « Qui est Jéhovah? » Moïse écrivit: « Seigneur! tu as été pour nous un refuge, de génération en génération. Avant que les montagnes fussent nées, et que tu eusses créé la terre et le monde, d'éternité en éternité tu es Dieu. (Segond)... Reviens, Jéhovah; jusques à quand ? ... Aie pitié de tes serviteurs. » (Psaume 90: 1,2, 13, Crampon) Qui est donc Jéhovah? — Il est Dieu, et en cette qualité il n'eut pas de commencement. Son éternité est affirmée par le prophète Esaïe (57: 15) en ces termes: « Car ainsi parle le Très-Haut, dont la demeure est éternelle et dont le nom est saint: J'habite dans les lieux élevés et dans la sainteté. »

     Jéhovah règne éternellement dans l'espace de l'univers. Lui seul est digne des plus grands honneurs et de la gloire suprême. L'un de ses écrivains inspirés a dit avec raison: « Au roi des siècles, immortel, invisible, seul Dieu, soient honneur et gloire, aux siècles des siècles! Amen! » (I Timothée 1: 17) Etant immortel et éternel, il est vraiment en ce sens le seul Etre.

     II y eut donc un temps où Jéhovah était seul dans l'univers. Toute vie, toute énergie et toute pensée étaient concentrées en lui seul. Cependant, il ne pouvait se sentir solitaire, car il est complet par lui-même et il ne lui manque rien. Le temps vint où, ayant commencé à créer, il devint le Dieu de toute la création, ce que dit le premier verset de la Bible comme suit: « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. » (Genèse 1: 1) Puisque Jéhovah est le Dieu Créateur, l'expression « Jéhovah Dieu » lui convient et apparaît immédiatement après le récit de la création dans lequel nous lisons: « Voici les origines des cieux et de la terre, quand ils furent créés. Lorsque l'Eternel [JÉHOVAH] DIEU fit une terre et des cieux. » (Genèse 2: 4, 5, 7-9, 15, 18, 19, 21, 22) Ses premières créations furent des esprits, lui-même est un esprit. N'est-il pas écrit: « Dieu est esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité »? (Jean 4: 24) En qualité d'esprit, Jéhovah sera toujours invisible aux hommes. Il a dit à Moise: « Tu ne pourras pas voir ma face, car l'homme ne peut me voir et vivre. » (Exode 33: 20) Il est tellement éblouissant qu'aucun humain ne pourrait supporter sa vue.

     Bien qu'il soit le grand Esprit actif, intelligent et invisible aux hommes, il s'est manifesté à eux par ses oeuvres merveilleuses. Ceux qui nient sa divinité ou sa qualité de Créateur sont sujets à condamnation. « En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l'oeil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables. » (Romains 1: 20) Parlant de la gloire du Créateur, le psalmiste inspiré s'écria plein de foi: « Mon âme, bénis l'Eternel [Jéhovah] ! Eternel, mon Dieu, tu es infiniment grand! Tu es revêtu d'éclat et de magnificence! Il s'enveloppe de lumière comme d'un manteau ; il étend les cieux comme un pavillon; il forme avec les eaux le faîte de sa demeure; il prend les nuées pour son char, il s'avance sur les ailes du vent. Il fait des vents ses messagers, des flammes de feu ses serviteurs. » — Psaume 104: 1-4; Hébreux 1: 7, 14.

     En qualité de Créateur, Jéhovah est nécessairement la Source de toute vie, de toute puissance et de tout ce qui est bon, ses oeuvres étant parfaites. Moise lui dédia un hymne magnifique dont voici quelques strophes: « Car je proclamerai le nom de l'Eternel [Jéhovah]. Rendez gloire à notre Dieu! Il est le Rocher; ses oeuvres sont parfaites, car toutes ses voies sont justes; c'est un Dieu fidèle et sans iniquité, il est juste et droit. » C'est pourquoi il est Celui dont il est écrit ceci: « Toute grâce excellente et tout don parfait descendent d'en haut, du Père des lumières, chez le-quel il n'y a ni changement ni ombre de variation. » (Deutéronome 32: 3, 4; Jacques 1: 17)

SON NOM

     Le nom de « Jéhovah » est un verbe hébreu qui signifie: « il donne l'existence », ce qui veut dire: il agit dàns un dessein. Quand il révéla ce nom à Moïse d'une façon spéciale, il lui fit part de ses projets concernant son peuple choisi, alors esclave en Egypte. Nous avons expliqué le sens littéral du mot « Jéhovah », mais ce nom exprime en outre le dessein du Créateur envers ses créa-tures. (Exode 3: 15-21; 6: 2-8) Dans la Bible, Dieu expose souvent sa résolution de faire en sorte que toutes les nations ainsi que le peuple à qui il accorde sa faveur, sachent qu'il est Jéhovah. C'est ainsi que le prophète Ezéchiel écrivit plus de soixante-dix fois dans son livre: a Et ils sauront que je suis l'Eternel [Jéhovah]. » Ces paroles s'adressent à tous. (Exode 6: 7; Ezéchiel 6: 7, 10, 13, 14) La 'justification de son glorieux nom, bafoué et défiguré, occupe une place importante dans son dessein grandiose, car cette réhabilitation dépasse en importance le salut des hommes.