Le Héraut Du Royaume De Jéhovah
Le Héraut Du Royaume De Jéhovah
Que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Ceci est le site officiel de
L'association International Les Témoins de Jéhovah

Thèmes Archives

 
MARIE, DISCIPLE ET NON REIGNE
 
Il se passa un fait des plus extraordinaires dans la ville galiléenne de Nazareth. Ce ne fut pas à la fille d'un roi, mais à l'humble fille d'Héli, qui allait être bientôt l'épouse du jeune charpentier Joseph, que l'ange Gabriel apparut, la saluant par ces mots: e Salut, pleine de grâce, (Jéhovah) est avec toi. Tout naturellement, Marie fut troublée par cette parole. Que voulait-elle dire? L'ange continua: « Rassure-toi, Marie; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras et enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, et on l'appellera le Fils du Très-Haut. (Jehovah) Dieu lui donnera le trône de David, son père; il régnera sur la maison de Jacob à jamais et son règne n'aura point de fin. » Une couronne ornée de joyaux ne lui fut pas promise. Elle donnerait naissance au fils, mais il serait le roi. Elle ne se montra pas présomptueuse ou ne demanda pas quelque chose de plus pour elle-même, mais répondit: «Je suis la servante de (Jéhovah); qu'il m'advienne selon ta parole! » — Luc 1: 28-38, Jé.

Peu de temps après, Marie se rendit en Juda pour aller voir Elisabeth qui la salua par cette déclaration inspirée par Dieu: «Tu es bénie entre les femmes, et béni le fruit de ton sein! Et comment m'est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne à moi? Car, vois-tu, dès l'instant où ta salutation a frappé mes oreilles, l'enfant a tressailli d'allégresse en mon sein. Oui, bienheureuse celle qui a cru en l'accomplissement de ce qui lui a été dit de la part (de Jéhovah)!» Elisabeth avait raison; Marie était richement bénie de la part de Jéhovah et elle était heureuse d'être sa servante. Marie montra du bon sens dans sa réponse. Son privilège de service ne l'avait pas rendue orgueilleuse ou arrogante, car elle attribua la gloire à Jéhovah. «Mon âme exalte (Jéhovah), et mon esprit tressaille de joie en Dieu, mon Sauveur, parce qu'il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Oui, désormais toutes les générations me diront bienheureuse, car le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses. Saint est son nom, et sa miséricorde s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent. Il a déployé la force de son bras, il a dispersé les hommes au cœur superbe. Il a renversé les potentats de leurs trônes et élevé les humbles. Il a rassasié de biens les affamés et renvoyé les riches les mains vides. Il a porté secours à Israël, son serviteur, se souvenant de sa miséricorde, ainsi qu'il l'avait promis à nos pères, en faveur d'Abraham et de sa descendance à jamais!» (Luc 1: 39-55, ). Bien qu'elle exprimât sa sincère gratitude pour la bonté imméritée que Dieu lui avait manifestée, elle dirigeait vers lui tout l'honneur. Il devait être exalté, lui, l'Etre puissant qui fait de grandes choses et dont le nom est saint.

BÉNIE ENTRE LES FEMMES

Mais, que dire de la déclaration: «Toutes les générations me diront bienheureuse»?

N'indique-t-elle pas qu'une louange et une gloire spéciales doivent être rendues à celle qui eut le privilège d'être la mère du Fils de Dieu? Non. « C'est Jéhovah ton Dieu que tu dois adorer, et c'est à lui seul que tu dois rendre un service sacré. » (Mat. 4:10, NW). Pas même un culte relatif ne doit lui être rendu, en se prosternant devant son image: «Tu ne te feras pas d'image taillée... Tu ne te prosterneras point devant elles et tu ne les serviras point. Car je suis Jéhovah ton Dieu, (un Dieu exigeant un dévouement exclusif, NW).» «Je suis Jéhovah, c'est là mon nom, et je ne donnerai ma gloire à nul autre, ni mon honneur aux idoles.» Quand Jean se prosterna devant un ange vivant, il fut repris en ces termes: «Garde-toi de le faire!... Adore Dieu.» — Ex. 20:4, 5, AC; Es. 42:8, AC; Apoc. 19:10.

De quelle manière, donc, est-elle proclamée bienheureuse? Parce qu'elle serait la «femme» dont il est parlé prophétiquement dans Genèse 3:15? Non, car la femme devant donner naissance à la Postérité qui écraserait le serpent, laquelle, selon des prophéties ultérieures, devait descendre de la lignée d'Abraham, est identifiée dans Galates 4: 26 comme « la Jérusalem d'en haut », l'organisation universelle de Dieu. — Gen. 22:18.

Est-elle proclamée bienheureuse parce qu'elle serait la «femme» mentionnée dans le récit symbolique d'Apocalypse, chapitre 12? Encore une fois, non. Il n'est pas possible qu'il soit parlé, là, de la naissance de Jésus. L'Apocalypse fut donnée à Jean en l'an 96, des années après la naissance du Christ, et elle commence par la déclaration non équivoque que ces événements étaient encore à venir. — Apoc. 1:1.

Est-ce la joie, alors, d'être Co-rédemptrice de la race humaine? St. Alphonse de Liguori lui attribue cette position en disant: «Il n'y en a pas un... qui puisse être sauvé ou racheté que par toi, ô Mère de Dieu.» Mais la Bible déclare nettement: « Jésus-Christ de Nazareth... il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.» (Actes 4:10-12). Et Apocalypse 7:10 exclut Marie par ces mots: «Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l'agneau.»

Peut-elle être proclamée bienheureuse comme médiatrice de l'humanité? Laissons parler Dieu, qui éclaire ce sujet conformément à la vérité, et acceptons la déclaration de sa Parole: «Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, qui s'est donné lui-même en rançon pour tous.» - I Tim. 2:5, 6.

Tous reconnaissent certainement que Marie fut bienheureuse d'être la mère terrestre de Jésus, mais sa part en tant que disciple de Jésus fut une source de joie plus grande encore. Un jour que Jésus prêchait à la foule, une femme éleva la voix dans une expression sincère, disant: «Heureux le sein qui t'a porté! Heureuses les mamelles qui t'ont allaité!» C'est, jusqu'à ce jour, le sentiment de beaucoup. Mais Jésus reprit cette femme: «Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent!» Ce fut en cela que Marie trouva son plus grand bonheur. — Luc 11: 17, 28.

«REINE DU CIEL»

Dans les groupements catholiques, on parle beaucoup de Marie comme de la « Reine du Ciel » et la « Reine de Paix ». Ce n'est pas une pensée nouvelle, car les écrits apocryphes primitifs lui attribuent un grand honneur en qualité de «Mère de Dieu».

Mais pour trouver l'origine de cette vue nous devons remonter dans l'ancienne Babylone, avec sa religion païenne. «Sous le nom de ”Mère des dieux”, la divinité-reine de Babylone devint l'objet d'un culte presque universel.» «La Mère des dieux», dit Clericus, «était adorée par les Perses, les Syriens et toua les rois de l'Europe et de l'Asie, avec la vénération religieuse la plus profonde.» Comment cette coutume s'introduisit-elle furtivement dans le monde «chrétien»? «Le culte de la divinité-mère, avec l'enfant dans ses bras, fut observé en Egypte jusqu'à l'avènement du christianisme... La plupart des gens l'acceptèrent pour la forme seulement. Par conséquent, au lieu de rejeter la déesse babylonienne, dans de nombreux cas son nom seul fut changé. Elle fut appelée la Vierge Marie, et, avec son enfant, fut adorée avec le même sentiment d'idolâtrie par les soi-disant chrétiens qu'elle l'était autrefois par les païens sincères et avoués.» — The Two Babylons, par Alexander Hislop.

Considérez aussi les madones de la chrétienté. Avant que Raphaël se dégageât de l'art conventionnel, Marie n'avait jamais été représentée avec les traits distinctifs et hébreux de son peuple, ni avec les yeux sombres et les cheveux bruns si communs parmi les Juifs. Pareille à la plupart des madones païennes, on la peignait ordinairement avec les cheveux blonds et les yeux bleus, comme la divinité-reine de Babylone. «Une autre caractéristique remarquable de ces portraits, digne d'être notée, c'est le nimbe ou le cercle particulier de lumière qui entoure la tête de la Madone romaine... Le disque, le cercle en particulier, étaient les symboles bien connus du dieu-Soleil, et avaient une grande place dans le symbolisme de l'Est... Il en fut de même dans la Rome païenne. Apollon, en tant que fils du Soleil, était souvent représenté ainsi.» - The Two Babylons, page 87.

En considérant l'ouvrage de St. Alphonse de Liguori, Le glorie di Maria, écrit vers 1750 et déclaré sans erreur par les papes Pie VII et Léon XIII, Charles Amlin tire quelques comparaisons frappantes au sujet de la gloire donnée à la «Reine du Ciel» catholique: «Dans le livre de Liguori, nous lisons (p. 92): «Tout pouvoir t'est donné (à toi, Marie), dans le ciel et sur la terre, et rien ne t'est impossible.» Dans la Bible catholique, nous lisons (Mat. XXVIII: 18). Venant à eux, Jésus leur dit ces paroles: «Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre.» Dans le livre de Liguori, nous lisons (p. 257): «Marie... est ce trône de grâce auprès duquel l'Apôtre Paul, dans son épitre aux Hébreux, nous exhorte à chercher refuge avec confiance. » Dans la Bible catholique, nous lisons (Héb. IV: 14-16): «Ayant donc un grand prêtre souverain... Jésus le Fils de Dieu, approchons-nous donc avec confiance du trône de la grâce... » Dans le livre de Liguori, déclaré, nous le rappelons, « sans erreur », par deux papes, nous lisons (p. 130): «La Sainte Eglise... ordonne un culte particulier à Marie. » A la page 37 de ce même ouvrage: ”Mary: Mother of Jesus or Queen of Heaven?” (Marie, mère de Jésus ou reine du ciel?), l'auteur emprunte d'autres citations au livre Le glorie di Maria: « Des autres saints, nous disons qu'ils sont avec Dieu; mais de Marie seule on peut dire qu'elle fut privilégiée au point que non seulement elle est soumise à la volonté de Dieu mais, même, que Dieu fut soumis à sa volonté. Et, à la page 49, il est montré que le pape Pie IX a terminé sa définition du dogme de l'immaculée conception de Marie par ces mots: «Que les enfants de l'Eglise catholique romaine, se mettent en devoir d'adorer, d'invoquer et de prier la Sainte Vierge Marie.» Et c'est ainsi que le culte de Marie, Reine du Ciel, en est venu à remplacer l'adoration de Dieu dans la vie de millions de personnes.

Au juste, qui est cette «Reine du Ciel», à qui l'on attribue une autorité plus grande qu'au Christ et dont il est dit que même « Dieu fut soumis à sa volonté »? Ce n'est sûrement pas l'humble Marie qui glorifia Jéhovah et fut sa docile servante. Non; mais c'est la reine babylonienne du ciel dont Dieu lui-même parle dans Jérémie 7:16-20 (AC): «Et toi, n'intercède pas en faveur de ce peuple; n'élève pour lui ni plainte ni prière, et n'insiste pas auprès de moi, car je ne t'écouterai pas. Ne vois-tu pas ce qu'ils font dans les villes de Juda et dans les rues de Jérusalem? Les fils ramassent du bois, les pères allument le feu, les femmes pétrissent de la pâte pour faire des gâteaux à la reine du ciel, et l'on répand des libations à d'autres dieux, pour m'offenser. Est-ce moi qu'ils offensent? dit Jéhovah; n'est-ce pas eux-mêmes, à la honte de leur visage? C'est pourquoi ainsi parle le Seigneur Jéhovah: Ma colère et ma fureur vont se répandre sur ce lieu, sur les hommes et sur les bêtes, sur l'arbre des champs et sur le fruit du sol; elle brûlera et ne s'éteindra point.» Le moyen d'honorer Dieu, ce n'est pas adorer une «Reine du Ciel» ou une «Reine de Paix», mais reconnaître le Dieu de paix et son Prince de la paix.

DISCIPLE DE JESUS

Quel contraste il y a entre l'humble mère et disciple de Jésus, décrite dans la Bible, et les images ornées d'or et de joyaux de la «Reine du Ciel» adorée par les hommes! La soumission, la sincérité et l'amour de la justice de Marie lui conviennent bien en tant que disciple voué de Jésus. Nulle part nous ne la trouvons avec un halo sur la tête et richement parée en qualité de «Reine du Ciel» glorifiée. Après la mort de Jésus elle ne fut pas glorifiée dans l'assemblée chrétienne. En fait, il est parlé très peu d'elle. La dernière fois qu'il en est fait mention dans la Bible nous la voyons avec les autres fidèles disciples du Seigneur dans une chambre haute adorant Dieu (Actes 1:13, 14). Quand elle mourut, son corps retourna à la poussière, et elle y resta endormie dans la mort jusqu'au temps marqué par Dieu pour la ressusciter avec d'autres fidèles, à la vie comme créature spirituelle dans le ciel. - I Cor. 15: 44, 50; II Tim. 4: 8.